MOT BIBLIQUE- Wochenspruch

Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul; mais s’il meurt il donne beaucoup de fruit.   Jean 12, 24 

Wenn das Weizenkorn nicht in die Erde fällt und stirbt bleibt es allein, aber wenn es stirbt, dann bringt es viel Frucht. Johannes 12, 24

Psaume 84

Heureux les hommes dont tu es la force :

des chemins s’ouvrent dans leur cœur.

Ils traversent la vallée de la soif, ils la changent en source vive :

la première pluie la couvre de bénédictions !

Ils vont de hauteurs en hauteurs.

Ils se présentent devant Dieu à Sion.

Seigneur, Dieu de l’univers, entends ma prière !

Dieu, vois notre bouclier, regarde le visage de ton messie.

Un jour dans tes parvis en vaut plus que mille.

J’ai choisi de me tenir sur le seuil de la maison de mon Dieu.

Le Seigneur Dieu est un soleil, un bouclier ;

le Seigneur donne la grâce, il donne la gloire.

Jamais il ne refuse le bonheur à ceux qui vont sans reproche.

Seigneur, Dieu de l’univers, heureux qui espère en toi ! (Psaume 84, 6-8.12)

Psalm 84 

6 Wohl den Menschen, die dich für ihre Stärke halten und von Herzen dir nachwandeln !

7 Wenn sie durchs dürre Tal ziehen,

wird es ihnen zum Quellgrund,

und Frühregen hüllt es in Segen.

8 Sie gehen von einer Kraft zur andern

und schauen den wahren Gott in Zion.

12 Denn Gott der Herr ist Sonne und Schild ;

der Herr gibt Gnade und Ehre.

Er wird kein Gutes mangeln lassen den Frommen.

ZUM NACHDENKEN

„Jede Trennung gibt einen Vorgeschmack des Todes und jedes Wiedersehen einen Vorgeschmack der Auferstehung.”

Arthur Schopenhauer (1788–1860) Philosoph

PRIERE DU JOUR

Seigneur Dieu,

comme le grain est confié à la terre,

tu as donné ton Fils, Parole et pain de vie pour le monde.

En lui, tu nous révèles l’abondance de ta grâce.

Fortifie-nous à ton service,

et affermis notre courage dans les difficultés du temps présent.

Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur,

qui vit et qui règne avec toi, Père, et le Saint-Esprit,

un seul Dieu pour les siècles des siècles.

LESUNGEN

Jesaja 54, 7-10

7 So spricht der Herr : Ich habe dich einen kleinen Augenblick verlassen, aber mit großer Barmherzigkeit will ich dich sammeln. 8 Ich habe mein Angesicht im Augenblick des Zorns ein wenig vor dir verborgen, aber mit ewiger Gnade will ich mich deiner erbarmen, spricht der Herr, dein Erlöser. ¶ 9 Ich halte es wie zur Zeit Noahs, als ich schwor, dass die Wasser Noahs nicht mehr über die Erde gehen sollten. So habe ich geschworen, dass ich nicht mehr über dich zürnen und dich nicht mehr schelten will. ¶ 10 Denn es sollen wohl Berge weichen und Hügel hinfallen, aber meine Gnade soll nicht von dir weichen, und der Bund meines Friedens soll nicht hinfallen, spricht der Herr, dein Erbarmer. ¶

Esaïe 54,7-10  (TOB)

Un bref instant, je t’avais abandonnée, mais sans relâche, avec tendresse, je vais te rassembler. Dans un débordement d’irritation,  j’avais caché mon visage un instant, loin de toi, mais avec une amitié sans fin je te manifeste ma tendresse, dit celui qui te rachète, le Seigneur. C’est pour moi comme les eaux de Noé : à leur sujet, j’ai juré qu’elles ne déferleraient plus jusque sur la terre ; de même, j’ai juré de ne plus m’irriter contre toi  et de ne plus te menacer. Quand bien même, les montagnes changeraient de place  et que les collines vacilleraient, mon amour pour toi ne changera pas,  et mon alliance de paix ne sera pas ébranlée dit celui qui te manifeste sa tendresse, le Seigneur.

2. Korinther  1,3-7

Gelobt sei Gott, der Vater unseres Herrn Jesus Christus,  der Vater der Barmherzigkeit und Gott allen Trostes,  4 der uns tröstet in aller unserer Trübsal,  damit wir auch trösten können, die in allerlei Trübsal sind, mit dem Trost, mit dem wir selber getröstet werden von Gott. 5 Denn wie die Leiden Christi reichlich über uns kommen, so werden wir auch reichlich getröstet durch Christus. 6 Haben wir aber Trübsal,  so geschieht es euch zu Trost und Heil.  Haben wir Trost, so geschieht es zu eurem Trost,  der sich wirksam erweist,  wenn ihr mit Geduld dieselben Leiden ertragt,  die auch wir leiden.  7 Und unsre Hoffnung steht fest für euch,  weil wir wissen:  wie ihr an den Leiden teilhabt,  so werdet ihr auch am Trost teilhaben

2 Corinthiens 1,3-7

1.3 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, 4 qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque l’affliction! 5 Car, de même que les souffrances de Christ abondent en nous, de même notre consolation abonde par Christ. 6 Si nous sommes affligés, c’est pour votre consolation et pour votre salut; si nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, qui se réalise par la patience à supporter les mêmes souffrances que nous endurons. 7 Et notre espérance à votre égard est ferme, parce que nous savons que, si vous avez part aux souffrances, vous avez part aussi à la consolation.

Evangelium nach Johannes 12, 20-24

20 Es waren einige Griechen unter denen, die heraufgekommen waren, um anzubeten auf dem Fest. 21 Die traten zu Philippus, der aus Betsaida in Galiläa war, und baten ihn und sprachen : Herr, wir wollen Jesus sehen. 22 Philippus kommt und sagt es Andreas, und Andreas und Philippus sagen ’s Jesus. ¶ 23 Jesus aber antwortete ihnen und sprach : Die Stunde ist gekommen, dass der Menschensohn verherrlicht werde. 24 Wahrlich, wahrlich, ich sage euch : Wenn das Weizenkorn nicht in die Erde fällt und erstirbt, bleibt es allein ; wenn es aber erstirbt, bringt es viel Frucht

Jean 12,20-24 (TOB)

Il y avait quelques Grecs  qui étaient montés pour adorer à l’occasion de la fête.  Ils s’adressèrent à Philippe qui était de Bethsaïda de Galilée  et ils lui firent cette demande :  « Seigneur, nous voudrions voir Jésus. »  Philippe alla le dire à André, et ensemble ils le dirent à Jésus.  Jésus leur répondit en ces termes :  « Elle est venue, l’heure où le Fils de l’homme doit être glorifié.  En vérité, en vérité, je vous le dis,  si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ;  si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance.  

PREDIGT

Pour certains, cette phrase est très familière : « Si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance. » Mais les destinataires ici ne sont pas ceux qui ne savent pas d’où viennent exactement les produits alimentaires dans le supermarché et comment ils ont été produits. Semailles et récolte – pour certains, c’est fascinant, pour d’autres, c’est un processus purement technique et peut-être même peu spectaculaire. 

Deux exemples qui nous aident à mieux comprendre la parole de Jésus, qui vont littéralement à l’essentiel. Premier exemple : C’est la guerre. Pénurie et destruction partout. La ferme est pillée, les provisions dévalisées, les champs piétinés par les bottes des soldats ou brûlés. Mais ils n’ont pas remarqué un sac de grains de blé. Avec cela, de nombreuses personnes peuvent être rassasiées, ce qui est rare, car la faim est grande, c’est la normalité en ces temps de guerre. Une décision doit être prise : aller au moulin et transformer les grains farine, ou les semer. Elles disparaisseraient jusqu’à ce que, dans quelques mois, elles portent de nombreux fruits. En moyenne, 35 grains mûrissent dans un seul épi. Mais la famille arrivera-t-elle à la récolte sans mourir de faim, et que se passera-t-il si les champs brûlent à nouveau ou si la récolte serait perdue pour d’autres raisons ? Tout ce qui est clair, c’est que « Si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance. » Mais cela ne signifie pas qu’une décision a été prise.

Deuxième exemple : Connaître et comprendre les nécessités de la nature et le cycle de la vie est une chose. Le fait de l’expérimenter soi-même en est un autre. Il y a deux choses auxquelles on ne peut échapper dans la vie : les impôts et la mort. Les impôts et la mort sont inévitables. Tout le monde le sait, tout le monde s’arrange d’une manière ou d’une autre avec ce constat. Parce que c’est ainsi, et parce que c’est inévitable, nous n’y réfléchissons pas beaucoup. Jusqu’à ce que ce qu’on y soit confronté. Sur la tombe d’un être cher, il importe peu d’avoir toujours su que ce moment viendrait un jour. Le grain de blé que l’on met en terre pour qu’il en sorte quelque chose de nouveau est une bonne image de l’espérance chrétienne de la résurrection. Il indique clairement que quelque chose s’arrête, mais n’est pas terminé, et qu’une transformation se produit. Est-ce que cela aide au moment du deuil ? Il est difficile de répondre à cette question par un oui ou un non clair.

Jésus utilise l’image du grain de blé pour lui-même, pour décrire sa passion et sa résurrection. Très peu de ceux qui étaient présents à l’époque l’ont probablement compris de cette manière tout de suite : Ils n’avaient aucune idée de sa résurrection. Je ne suis même pas sûr que cela les aurait vraiment intéressés. Ils ne sont venus, comme il est dit dans le texte, que pour le voir. Il n’est pas question de faire des disciples ou quoi que ce soit d’autre, juste de jeter un coup d’œil. Certains auraient probablement refusé d’un signe lorsque Jésus a parlé de sa fin imminente. Peut-être que cela arrive encore à certaines personnes aujourd’hui, même si c’est pour d’autres raisons. Il y a un certain effet d’accoutumance en ce qui concerne les représentations de la croix. On ne les remarque généralement plus dans l’espaces public, à moins que quelqu’un ne porte plainte contre eux, ou en faveur d’eux, qu’ils sont utilisés ou abusés comme symboles culturels généraux.

Que les gens pressentent qu’ils vont mourir, ça existe. Et qu’ils en parlent librement. C’est peut-être pour cela que le discours de Jésus a suscité peu d’attention auprès de ceux qui sont venus le voir. Ce qu’ils n’ont pas perçus, c’est le changement fondamental que Jésus visait. Le changement et la transformation sont courants, l’eau se transforme en vapeur lorsqu’elle est chauffée. Mais contrairement au grain de blé, l’eau ne meurt pas, elle change simplement d’état. Le grain est différent. Il est mort. Il en ressort une nouvelle vie.

Jusqu’à ce point, le discours de Jésus est, disons, informatif. Il interprète ce qui lui arrive. Un procédé technico-céleste, expliqué à l’aide d’une image et d’un procédé de la nature. Cela devient vraiment passionnant quand il s’agit des conséquences pour nous tous. Elles sont variées, voire incommensurables ; Jésus en choisit une et dit : «  Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle.»

Cette phrase est parfois citée hors contexte et ensuite utilisée pour justifier que l’appartenance au Christ s’exprime par la dureté envers soi-même, le mépris des choses terrestres et le renoncement à toutes sortes de choses dans le refus de la vie. De préférence renoncer aux choses qui font plaisir. Ce qui, en tant que fin en soi, est un non-sens total. Chaque langue étrangère a ses propres particularités et expressions idiomatiques. Si un Anglais dit qu’il pleut des chiens et des chats, un Allemand dira qu’il pleut à verse. Si Pierre dit à Jésus dans sa langue maternelle « J’aime le jus d’orange et je déteste le jus de pomme », un Allemand dirait « le jus d’orange a meilleur goût pour moi ». La combinaison amour/haine ne doit pas être prise au pied de la lettre, mais dénote un choix, de préférence ceci et cela, mieux est ceci et cela. L’appartenance au Christ a alors précisément pour conséquence non pas un mauvais rapport à soi-même, mais conduit à la liberté. Cela ressemble à ça : C’est moi qui manie les choses, ce ne sont pas les choses qui me manient.

Si l’on y ajoute le grain de blé qui doit être semé et, en ce sens, jeté pour porter du fruit, cela devient encore plus clair. La vie doit être vécue, réellement utilisée et consommée. Compte tenu de la pandémie – elle a commencé il y a presque exactement un an – le sujet est plus que jamais d’actualité. Si tout le monde reste à la maison, se momifie dans du plastique et des équipements médicaux, et ne rencontre plus personne : Quel genre de vie est-ce là ? Que va-t-il se passer ? Tout le monde reste en bonne santé ! Ce serait un extrême. L’autre : Continuez à vivre comme, disons, en 2019, comme si rien ne s’était passé, littéralement sans égard aucun pour les pertes. Ces deux positions sont antisociales au sens propre du terme. Il faut donc en parler : De quoi puis-je me passer pendant un certain temps, de quoi puis-je me passer indéfiniment, peut-être même pour toujours, et de quoi ne puis-je pas me passer ? « La survie compte plus que tout » n’est pas vrai, car : «  Celui qui aime sa vie la perdra,.». Mais il en va de même pour celui qui s’accroche frénétiquement à ses vieilles habitudes sans jamais les mettre à l’épreuve.

« Si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance. ». C’est également vrai, et encore plus vrai, pour notre église. Il y a beaucoup, beaucoup de choses qui sont considérées comme absolument indispensables et absolument vitales. Une partie peut l’être. A court terme. C’est encore le sac de grains de blé : dois-je le transformer en produits comestibles ou dois-je le semer ? 

« Si le grain de blé qui tombe en terre ne meurt pas, il reste seul ; si au contraire il meurt, il porte du fruit en abondance. » C’est vrai pour l’église telle qu’elle est aujourd’hui : soit comme une promesse, soit comme un réconfort. Le grain de blé est une promesse si l’église le sème activement. Pour ce faire, elle doit renoncer à beaucoup de choses, se séparer, comme c’est le cas pour les graines. Sinon, il y a au moins le risque que le grain de blé devienne une parole de réconfort au lieu d’une promesse : Aux funérailles de l’Église elle-même, si elle n’a pas changé, mais s’est seulement accrochée à l’ancien.

Même dans ce cas, quelque chose de nouveau poussera sur les ruines, mais il n’est pas nécessaire d’en arriver là. Une promesse est le grain de blé, si maintenant on agit, si de nouveaux champs de travail de l’église sont finalement abordés, mais si aussi les habitudes et les formes de culte et ainsi de suite sont mis en terre, pour voir ce qui naîtra alors de nouveau. Amen.

GLAUBENSBEKENNTNIS

Ich glaube an Gott, den Vater, den Allmächtigen, den Schöpfer des Himmels und der Erde. Und an Jesus Christus, seinen eingeborenen Sohn, unsern Herrn, empfangen durch den Heiligen Geist, geboren von der Jungfrau Maria, gelitten unter Pontius Pilatus, gekreuzigt, gestorben und begraben, hinabgestiegen in das Reich des Todes, am dritten Tage auferstanden von den Toten, aufgefahren in den Himmel; er sitzt zur Rechten Gottes, des allmächtigen Vaters; von dort wird er kommen, zu richten die Lebenden und die Toten. Ich glaube an den Heiligen Geist, die heilige christliche Kirche, Gemeinschaft der Heiligen, Vergebung der Sünden, Auferstehung der Toten und das ewige Leben. Amen.

CONFESSION DE FOI

Je crois en Dieu,  le Père tout-puissant,  créateur du ciel et de la terre.Je crois en Jésus Christ,  son Fils unique, notre Seigneur,  qui a été conçu du Saint-Esprit  et qui est né de la vierge Marie.  Il a souffert sous Ponce Pilate,il a été crucifié, il est mort, il a été enseveli,  il est descendu aux enfers.  Le troisième jour,  il est ressuscité des morts,  il est monté au ciel,  il est assis à la droite de Dieu,  le Père tout-puissant,  et il viendra de là  pour juger les vivants et les morts Je crois au Saint-Esprit,  la sainte Église universelle,  la communion des saints,   la rémission des péchés,  la résurrection de la chairet la vie éternelle.  Amen.

FÜRBITTENGEBET

Unser Gott, 

wenn etwas Frucht bringen soll, 

muss es sich dafür verändern. 

So wie das Korn, das in die Erde fällt und sich verändert, 

damit eine neue Pflanze aus ihm hervorgehen kann. 

Wir bringen vor heute vor dich nur wenige von vielen Beispielen 

aus Ländern unserer Erde, die nach Veränderung schreien: 

– Seit 10 Jahren ist Krieg in Syrien. Es sind zehn Jahre zu viel, unser Gott. Das Leid der Menschen und der Schaden für das Land sind unermesslich. Erbarme dich und hilf, Frieden zu schaffen! 

– Der Osten des Kongo wird – besonders seit dem letzten halben Jahr – durch Gewalt erschüttert. Die Zivilbevölkerung wird immer wieder Opfer von brutalster Gewalt durch bewaffnete Rebellengruppen. Erbarme dich und hilf, Frieden zu schaffen! 

– Menschen in Myanmar sind nicht einverstanden mit dem gewaltsamen Wechsel in ihrer Regierung. Sie wehren sich und demonstrieren. Immer wieder werden sie dabei Opfer von Militärgewalt. Erbarme dich und hilf, Frieden zu schaffen! 

Wir bitten dich um Schirm und Schutz für alle, 

die an lebensnotwendigen Veränderungen zum Frieden mitarbeiten. 

Wir bitten dich um deinen Geist und um Zeichen, 

die die Verhärtungen in den Köpfen und Herzen von Menschen verändern und auflösen. 

Wir bitten dich um Veränderungen bei uns selbst, 

um mehr Vertrauen, um mehr Gelassenheit, um mehr Offenheit. 

Wir vertrauen uns dir an, 

hilf unserem Unglauben 

und mach uns zu Werkzeugen deines Friedens! (von: Brot für die Welt)

PRIÈRE D’INTERCESSION

Seigneur Dieu,

tu es notre joie et notre espérance,

nous te prions.

Fais jaillir la vérité 

au cœur des mensonges de notre monde.

Accorde-nous ta paix

lorsque la haine et la violence nous laminent.

Offre-nous ton salut

au cœur des tempêtes de notre temps.

Éveille-nous à la confiance

lorsque les peurs et les angoisses nous tenaillent.

Sois avec nous 

lorsque la souffrance nous éprouve.

Demeure notre joie

à l’heure de notre mort.

Seigneur notre Dieu,

notre joie et notre espérance,

toi qui nous appelles 

à témoigner de ta vie jusqu’aux extrémités de la terre,

remplis-nous du souffle de ton Esprit.

Tu es béni pour les siècles des siècles.

Amen

VATERUNSER

Vater unser im Himmel,

geheiligt werde dein Name.

Dein Reich komme.

Dein Wille geschehe, wie im Himmel, so auf Erden.

Unser tägliches Brot gib uns heute,

und vergib uns unsre Schuld,

wie auch wir vergeben unseren Schuldigern.

Und führe uns nicht in Versuchung,

sondern erlöse uns von dem Bösen.

Denn dein ist das Reich und die Kraft und die Herrlichkeit

in Ewigkeit.

Amen.

SEGEN

Der Herr, segne dich und behüte dich.

Der Herr, lasse sein Angesicht leuchten über dir und sei dir gnädig.

Der Herr, erhebe sein Angesicht auf dich und gebe dir  Frieden.

Amen

BÉNÉDICTION

Que le Seigneur te bénisse et te garde.

Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage et t’accorde sa grâce.

Que le Seigneur tourne vers toi son visage et te donne la paix.

Amen.